Bienvenu(e) sur notre site de psychothérapie à Lorient.

Si vous êtes arrivé(e) sur cette page, ce n’est pas un hasard. C’est que vous êtes à la recherche, à Lorient, d’un(e) “psy”, d’un(e) psychothérapeute, d’un(e) psychologue ou d’un(e) hypnothérapeute pour vous faites ou pour un proche.

Cherchez-vous, pour vous même, un hypnothérapeute ou un(e) psychopraticien(e) dans le pays de Lorient? [peut- être avez vous déjà vu un(e) psychothérapeute ou un(e) psychologue]? Vous voulez vous engager avec des thérapeutes professionnels sérieux et bien formés ? Souhaitez-vous entamer un cheminement de développement personnel (certains parlent aussi de coaching personnel)? Ou encore cherchez vous un soutien ponctuel à l’occasion par exemple d’une séparation, d’une perte d’emploi ou d’un deuil?

Peut-être êtes-vous au bon endroit. Nous disons “peut-être”, car s’engager dans une psychothérapie à Lorient, comme ailleurs, se fait avec précaution. Il faut prendre soin de bien choisir le ou la “psy”, celui ou celle avec qui vous vous sentirez en confiance. C’est en effet en élaborant un lien de qualité avec votre psy que vous aurez toutes les chances d’engager un bon parcours de changement psychologique.

Psychothérapeute, psychopraticien, psychologue, psychanalyste…

Très souvent, c’est sur la recommandation d’une connaissance qui a elle-même suivi une psychothérapie à Lorient ou autour de Lorient que vous allez vous tourner. On vous aura dit que ce professionnel “est très bien”, que “c’est un bon psy”… Cela peut donner une indication, vous mettre en confiance. Les avis publiés sur des sites comme Google peuvent aussi donner des indications sur la “qualité “du psychothérapeute. Attention cependant, cette qualité ne représente que celle vécue par ceux qui en parlent. Autant un thérapeute vous correspondra, autant ce dernier ne sera pas bien perçu par quelqu’un d’autre. C’est bien là la difficulté majeure du choix.

Il y a quelques mois, nous avions mis en ligne un mini-sondage pour connaître les critères de choix d’un psychopraticien sur la région lorientaise. La formation du professionnel y apparaissait comme le premier critère. Il est effectivement essentiel de vous renseigner sur ce point. Il existe des diplômes universitaires, mais aussi des certificats de formation en psychothérapie très sérieux. Ils sont délivrés par des écoles privées très encadrées, ces certificats de formation sont aussi à prendre en considération. Par exemple, nous avons pour notre compte suivi une formation sur 5 ans en Gestalt-thérapie, avec l’école gestalt+ de Rennes. En ce qui concerne la psychothérapie par l’hypnose, Éric Duval à suivi une formation à l’institut de formation Émergence à Rennes. Il est aussi important de vérifier si le thérapeute adhère à un code de déontologie. Pour notre part, nous adhérons au code de déontologie de la Société Française de Gestalt.

La psychothérapie repose avant tout sur le lien entre le thérapeute et vous.

Mais ce n’est pas le diplôme qui donnera le ton de la relation thérapeutique. Une grande part du succès de votre thérapie reposera sur la relation particulière qui se créera entre vous et votre thérapeute (lire la conclusion et l’entretien à la fin de ce document : pdf en téléchargement. Pour cette raison, ne vous sentez pas obligé de démarrer votre cheminement avec le premier psy que vous allez rencontrer. Donnez vous le droit d’en rencontrer plusieurs si vous n’êtes pas sûr. Écoutez votre intuition.

Notre cabinet de psychothérapie et d'hypnothérapie à Lorient, où nous vous recevons du lundi au jeudi de 9 à 19 heures.
Pour faciliter votre venue, voici l’entrée de notre cabinet de psychothérapie.

En attendant, je vous invite à faire connaissance avec Eric Duval ou Annabelle Venara à travers les pages de ce site, et à contacter l’un de nous si vous souhaitez une première rencontre.

Si vous faites cette recherche pour un(e) proche, nous ne saurions trop vous conseiller de ne pas le (la) “forcer” à engager une démarche psychothérapique qu’il (elle) ne souhaiterait pas. Cela ferait sous contrainte ou pour vous faire plaisir, sans désir et donc avec un grand risque de n’aboutir à rien. Contentez-vous de lui signaler ce site, qu’il/elle fasse lui(elle)-même connaissance avec l’un ou l’autre de nous deux, puis contacter Annabelle Venara ou Eric Duval s’il (elle) le souhaite.

Lorsque des symptômes physiques existent, ils devront avant tout être explorés par les médecins généralistes et/ou spécialistes. L’approche psychologique n’a pas pour vocation de traiter des pathologies corporelles, mais peut être, si nécessaire, pour accompagner les personnes en souffrant dans un contexte de prise en charge multi-disciplinaire.

Partagez